6 décembre 2018

Retour sur le vernissage

Le jeudi 29 novembre avait lieu le vernissage de l’exposition « Après le printemps… Les Vestiges ». Résultat de la résidence de Victor Sirot élaborée dans le cadre du festival Les Nuits d’Orient organisé par la ville de Dijon.

L’exposition sera visible jusqu’au 21 décembre aux horaires d’ouverture de la boutique.

Merci d’être venue aussi nombreux découvrir les trois espaces d’exposition.

 

Cette exposition est le résultat d’une résidence artistique centrée sur le printemps arabe avec comme fil conducteur le procédé d’impression artisanale par sérigraphie. La restitution se répartit en trois espaces, visibles depuis l’intérieur ou de l’extérieur de l’atelier. L’exposition du haut qui est la forme qui se veut définitive, entres-en résonance avec l’espace du bas, qui lui vise à illustrer les vestiges de cette résidence, sorte d’espace témoin des étapes et des matériaux nécessaires à la réalisation de l’exposition. Quant à l’extérieur, cet affichage urbain est pensé comme une forme d’exposition pour les passants, libre à chacun d’interpréter et d’associer les visuels afin de créer un discours ou un sens qui lui sera propre. Le collage est là pour donner une vue d’ensemble sur les photographies choisies et les inscrire dans un contexte urbain. Le printemps arabe fut un des actes révolutionnaires les plus emblématiques et les plus proches de nous chronologiquement. Ce mouvement venu du peuple et pour le peuple a su trouver, par ses contestataires, des moyens de revendication précaires, affiches, pancartes et drapeaux. Ces objets sont tout aussi bien des symboles que des objets témoin d’une liberté et d’une opinion individuelle et/ou collective. J’ai souhaité en jouant de formes et de formats suggérer cette diversité de supports employés de manière revendicatrice pour démultiplier ce qui représente in fine l’exposition.

Le choix des visuels imprimés et reproduits eux, n’est pas sans rappeler le type de photographie que l’on retrouve sur les cartes postales, des images attrayantes de lieux et de monuments culturelles qui ont vocation à les promouvoir. Toutes ces images sont extraites de livres de seconde main, chinés, sélectionnées et collectées. Ne perdant pas de vue ma sensibilité première qu’est le design graphique, j’aime à (re)chercher, indexer et publier ces images (re)trouvées, dans un autre contexte que celui initialement prévu, perturbant ainsi le circuit de ces images et créant ainsi une nouvelle narration. Le sous-titre Les Vestiges, fait référence non seulement à la forme de l’exposition, quelque chose de non-ordonné, comme si les manifestants étaient venus poser leurs supports figeant ainsi un mouvement post-manifestation. Mais il rejoint également le fond, cette sélection d’images fut réalisée autour des termes vestiges et ruine au sein des ouvrages collectés. Il existe donc un rapport fond/forme lié par la notion de vestiges.

 

En plus des œuvres présentées, Victor Sirot a sérigraphié des tote bags, des t-shirts et des affiches en vente à la boutique.

 

 

Merci au restaurant Le phénicien pour le délicieux buffet libanais.
Merci à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design de Dijon.

 

                

©Epique Pixel/ Victor Sirot/ Le Tâche Papier

Partager sur vos réseaux :